Les indications


 

Cliquer + pour développer

L'écoute

 

Je m'exerce à une écoute profonde, respectueuse et compatissante, de moi-même, des autres et du groupe.

  1. Écoute de soi : je porte attention à ce qui se passe en moi.

  2. Écoute d'autrui : je suis présent* à l'autre et je respecte son expérience. J'évite de préparer une « réponse » en écoutant. J'évite d'interrompre.

  3. Silence : j'accueille les temps de silence entre les interventions.

  4. Écoute du groupe : je suis sensible à l'état du groupe. 

Le partage

 

Je m'exprime avec un profond respect de moi-même, des autres et du groupe.

  1. Ma participation peut être verbale ou non verbale.

  2. Je parle si je sens un mouvement intérieur qui m'incite à le faire. Je peux ressentir ce mouvement physiquement et/ou moralement. Inversement, je ne parle pas si je ne me sens pas mû à le faire.

  3. Je dis mon prénom en prenant la parole.

  4. Je fais partager mon expérience en utilisant les messages « je » :
    1. Pour exprimer ce que je ressens, je parle à la première personne ; j'évite les expressions comme « les gens », « on », « nous », « on devrait », « tu dois ».

    2. Si je ressens une insatisfaction, je l'exprime dans le cercle en identifiant — objectivement — l'objet de mon insatisfaction et je dis — subjectivement — ce que je ressens à ce propos. Je prends la responsabilité de ma réaction et je tente de voir en quoi cette réaction me révèle un aspect de moi.

    3. Mon expérience peut faire écho à celle de l'autre, mais j'évite toute forme de réponse : conseils, reflets, questions, solutions, évaluations, interprétations...

    4. J'indique clairement quand j'ai terminé une intervention.

 

Le processus

 

Je fais confiance aux processus qui président au développement de moi-même, des autres et du groupe.

  1. Je suis ouvert à lâcher prise, par exemple, sur mes attentes, mes idées, mon désir de garder le contrôle, etc.
  2. Je cherche à m'inclure dans le groupe tout en incluant tous les participants.
  3. Je m'engage à persévérer dans l'expérience.
  4. Je me reconnais responsable de mon succès et de celui du groupe.
  5. Je garde l'entière confidentialité en regard de tout ce qui se passe dans le groupe.

L'esprit des indications

 

Les indications visent à permettre à des personnes qui acceptent de faire partager aux autres ce qu'elles sont, de bénéficier d'une écoute réceptive empathique.


Lors des échanges, les personnes font généralement référence à des situations vécues ou à des événements qui font naître chez elles une réaction sinon émotive du moins chargée de sens.

Souvent, les personnes se contentent de faire part aux autres de la situation et de l'émotion (ou du jugement ou de l'interprétation) qui y est rattachée.

Avec les indications comme repères, il devient possible de faire un pas de plus et de voir en quoi cette situation qui me touche de quelque façon me parle de moi. Par exemple, je porte un jugement négatif à l'égard d'une personne. En quoi ce jugement me parle-t-il de moi ? Y a-t-il un élément projectif dans mon évaluation ? Comment se fait-il que d'autres ne portent pas le même jugement ? Qu'est-ce que ça vient chercher en moi ? Comment puis-je utiliser cette situation pour faire ma propre autocritique ? Quelle responsabilité suis-je prêt à prendre dans ce que je vis : responsabilité dans la situation, responsabilité de ma réaction ? Il n'est pas toujours facile de répondre à ces questions, mais en les gardant en arrière-plan, des réponses peuvent se présenter et permettre d'accéder à un contact plus intime avec soi et avec les autres. C'est le véritable sens des indications.


Ainsi, l'esprit communautaire émerge progressivement au bénéfice de chacun et de la communauté, à travers ce processus de contact et d'écoute empathique.